Menu
Menu

Irak en 2019

Nombre de projets en 2019
J
84
Project
applications
K
50
Funded
projects
Type de projets en 2019
Head of Section

L’Irak est anéanti. Le pays peine à se relever des décombres laissées par l’État islamique durant les années de siège. Et la corruption au sein du gouvernement et de l’administration rend lar econstruction difficile. Deux irakiens sur trois sont au chômage. Six millions de personnes dépendent d’un soutien extérieur. ACN fournit une aide directement sur place. En 2019, nous avons financé des projets en Irak pour un total de 5,6 millions d’euros. Grâce à cette aide, de nombreux chrétiens peuvent revenir dans leur pays d’origine.

ACN se concentre en Irak surtout sur la reconstruction des églises, des monastères, des écoles, des jardins d’enfants et des centres paroissiaux. En 2019, notre budget total d’aide à la reconstruction s’est élevé à 5,6 millions d’euros. Il s’agit d’une aide durable dont presque personne ne se charge. Cette aide apporte de la stabilité et des perspectives. De plus, ces mesures de construction et de rénovation génèrent des emplois.

Nous nous réjouissons de chaque chrétien qui retourne en Irak.

Mais rien ne donne plus confiance en soi aux chrétiens d’Irak que la reconstruction de leurs lieux de culte détruits par l’EI. Aussi, nous avons aidé à la reconstruction de la plus grande église d’Irak, l’église Al-Tahira à Qaraqosh. Mais il n’y a pas que les églises qui rouvrent. Les écoles accueillent de nouveau leurs élèves. Père Georges Jahola décrit la situation actuelle de la manière suivante : « Naturellement, tout n’est pas encore parfait. Les problèmes qui affectent notre pays sont considérables. Mais une chose est sûre : si les chrétiens du monde entier n’avaient pas aidé aussi généreusement nos gens, il n’y aurait plus personne ici. »

Lors de la reconstruction du centre Saint-Joseph.
Lors de la reconstruction du centre Saint-Joseph.

Rebâtir les habitations détruites est également une préoccupation centrale d’ACN en Irak. ACN étant l’un des initiateurs du « Comité de reconstruction de Ninive », nous avons financé ces dernières années à hauteur de 6,43 millions d’euros la reconstruction de 2 086 maisons dans la plaine de Ninive, ce qui représente plus d’un tiers de toutes les maisons reconstruites dans la région.

Des milliers de chrétiens ont déjà pu revenir dans leurs maisons.

Le projet de Ninive est ainsi le plus grand programme de reconstruction jamais réalisé en Irak. Notamment à Qaraqosh, la plus grande ville chrétienne du pays, ACN a ainsi permis le retour de milliers de familles qui ont repris avec enthousiasme la vie religieuse à travers les cours de catéchisme, les groupes de femmes, le travail avec la jeunesse et les émissions de radio. Une partie de l’aide à la construction a servi à la rénovation de salles paroissiales où l’on célèbre les mariages et d’autres fêtes. De nombreuses familles ne pourraient autrement se permettre de telles festivités. Des projets comme ceux-ci servent au rétablissement de la cohésion sociale dans les paroisses et donnent aux hommes le courage de revenir dans leur pays. De nombreux réfugiés ont de fait trouvé refuge chez des parents et des amis. Parmi eux, de nombreux chrétiens. Ils viennent de Bartella, Telskuf, Karamlech, Bachiqa ou Bahzan et attendent avec impatience l’occasion de pouvoir rentrer dans leur pays.

Constructions nouvelles à Qaraqosh.
Constructions nouvelles à Qaraqosh.

Si l’on prend conscience du fait que depuis la fin de la guerre civile et du règne de la terreur de l’EI, seulement 10 % du million et demi de chrétiens vivent encore dans le pays, on se rend alors compte à quel point l’Église chrétienne est exsangue aujourd’hui en Irak. Cependant un nouvel espoir naît chez les fidèles. Et l’évêque Mgr Warda le résume bien : « Nous sommes une église martyr mais tout martyr est suivi d’une résurrection. »

L’église Al-Tahira resplendit à nouveau

La destruction de l’église Al-Tahira à Qaraqosh par les rebelles de l’EI a été un moment très sombre de l’époque de l’occupation. Avant de fuir, les terroristes avaient entassé puis incendié les bancs, les confessionnaux et le reste du mobilier. Il ne restait plus que les murs nus et noircis. De nombreux fidèles ont continué d’assister quotidiennement à la messe dans les décombres de cette église qui faisait la fierté de la ville en sa qualité de la plus grande église chrétienne du pays. ACN a attribué un budget de 510 000 euros pour la rénovation de l’intérieur de l’église en 2019. L’archevêque syrien-catholique de Mossoul, Mgr Petros Mouche, a déclaré à ACN : « L’église Al-Tahira a été construite en 1932 par les habitants de Qaraqosh. Nous voulons que cette église reste un symbole chrétien et que les habitants de la ville se sentent encouragés à rester ici en la
voyant de nouveau resplendir. »